Page:Banville - La Lanterne magique, 1883.djvu/248

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


232 CAMÉES PARISIENS. Ici finit sur l’image de cette martyre, de cette prin- cesse d’amour, la quatrième Douzaine des Camées Pari- siens. Excusez les fautes du lapidaire! Comme voici le Printemps qui ouvre sa boutique parmi les jardins riants, je laisse jusqu’à nouvel ordre mabimbloterie, pour aller voir comment mon confrère cisèle des joyaux légers, frissonnants et vivants, couleur d’améthyste, de saphir, de rubis, d’hyacinthe, de topaze et de chrysoprase, cou- leur de lune, couleur de soleil, couleur d’espérance et couleur d’aurore, dans les bois et dans les pourpris; mais à l’hiver sans doute, je reprendrai mes outils pour continuer les Camées, et à nouveau je vous deman- derai votre précieuse et chère indulgence — pour ces babioles!