Page:Banville - La Lanterne magique, 1883.djvu/96

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CINQUIÈME DOUZAINE



XLIX. — ARISTOCRATES

Dans une allée du parc Monceau, près d’une plate-bande où fleurissent les géraniums rouges, le jeune capitaine de hussards Jean de Lesigny se promène avec sa femme et son enfant porté par une belle servante. Le comte Jean descend de ce Rénier qui devant Damiette combattit aux cotés de saint Louis avec Jean de Beaumont, Mailheu de Marh et Geoffroy de Sargines. Du premier Rénier à Guy, père de Jean, qui tomba à Champigny la poitrine percée de trois balles, les Lesigny ont tous été des soldats. Notre histoire est tout entière éclaboussée de leurs exploits, et ils ont tant donné de leur sang qu’à présent il ne leur en reste plus. Sous ses courts cheveux d’or et sa fine moustache blonde, le comte Jean est pâle et blanc comme une feuille de papier, et sa femme et cousine Éléonor, fille d’une rare mourante, est exsangue et pâle comme lui. Porté dans les bras d’une robuste Dijonnaise aux joues rouges et superbes,