Page:Banville - Les Belles Poupées, 1888.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


tristes yeux bleus, mince et frêle comme un lys. Et moi, resté seul avec les poupées, j’écoutai leurs belles histoires.