Page:Banville - Socrate et sa Femme, 1886.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Socrate.
Socrate !Qui ? Dracès ?
Myrrhine.
Socrate !Qui ? Dracès ?Oui.
Socrate.
Socrate !Qui ? Dracès ?Oui.Tu l’auras sans doute
Égaré par hasard, comme on perd sur sa route
Des pièces de monnaie ou des bijoux de prix ?
Dis, c’est bien cela ?
Myrrhine, avec colère
Dis, c’est bien cela ?Non. C’est toi qui me l’a pris !
C’est toi qu’il suit avec une espérance folle,
Cherchant tes yeux, buvant longuement ta parole,
Écoutant tes discours rusés dont il a faim,
Et te suivant au bord de l’Ilissos, afin
D’apprendre la sagesse. Ô démence !
Socrate.
D’apprendre la sagesse. Ô démence !Myrrhine,
En toi le beau Dracès a la beauté divine,
Les cheveux ruisselants, la lèvre qui fleurit… —
Myrrhine.
Que va-t-il donc chercher ailleurs !
Socrate.
Que va-t-il donc chercher ailleurs !C’est un esprit
Qui, par un entretien sérieux ou futile,
L’enveloppe à son gré d’une flamme subtile ;
C’est la pensée, ainsi qu’un grand aigle irrité
Fuyant vers la justice et vers la vérité.