Page:Banville - Socrate et sa Femme, 1886.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





Scène VIII


MYRRHINE, SOCRATE, XANTIPPE, ANTISTHÈNES, PRAXIAS, EUPOLIS, DRACÈS, MÉLITTA, BACCHIS, Citoyens et Femmes d’Athènes.



Dracès, à Socrate.
Au secours ! Dieux !Pourquoi de tels gémissements ?
Myrrhine, mettant un doigt sur les lèvres.
Tais-toi, Dracès.
Dracès.
Tais-toi, Dracès.Myrrhine ici ! Quelle merveille !
Antisthènes, à Socrate.
Pourquoi ces pleurs ?
Socrate, montrant Xantippe évanouie.
Pourquoi ces pleurs ?Voyez Xantippe !
Praxias.
Pourquoi ces pleurs ?Voyez Xantippe !Elle sommeille ?
Socrate.
Elle meurt.
Mélitta, après avoir regardé Xantippe.
Elle meurt.Ne crois pas cela.
Bacchis, de même.
Elle meurt.Ne crois pas cela.Bénis les Dieux !
Elle vit et respire.