Page:Banville - Socrate et sa Femme, 1886.djvu/44

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Xantippe.
Socrate, bats-moi.Pas du tout.Je t’en conjure !
Socrate.
Hé ! Point !
Xantippe.
Hé ! Point !Me refuser serait me faire injure.
Socrate.
Mais non.
Xantippe, éclatant en pleurs.
Mais non.Bats-moi !
Socrate.
Mais non.Bats-moi !Voilà qu’elle pleure à présent !
Tu veux…
Xantippe.
Tu veux…Je veux cent coups.
Socrate.
Tu veux…Je veux cent coups.Mais…
Xantippe.
Tu veux…Je veux cent coups.Mais…Fais-moi ce présent.
Donne-moi cent coups.
Socrate.
Donne-moi cent coups.Non.
Xantippe.
Donne-moi cent coups.Non.Je n’en puis rien rabattre.
Socrate.
Voyons, bonne Xantippe, il faut…