Page:Banville - Socrate et sa Femme, 1886.djvu/47

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À Dracès.
Et toi, bon Dracès, prends Myrrhine par la main ;
Savourez à longs traits, sans attendre à demain,
Le bonheur que les Dieux offrent avec largesse,
Et vous aurez aussi, par surcroît, la sagesse.
Xantippe, dans les bras de Socrate. Au public.
Tout le mal est venu de la femme. Raison
Obscurcie, appétit du lucre, trahison,
Coupes d’or où les vins sont mélangés de lie,
Tout crime, tout mensonge heureux, toute folie
Vient d’elle.
Socrate.
Vient d’elle.Adorez-la pourtant, puisque les Dieux
L’ont faite.
L’ont faite.Après avoir rêvé.
L’ont faite.Et c’est encor ce qu’ils ont fait de mieux !
Le rideau tombe.




BOURLOTON. — Imprimeries réunies, B.