Page:Basset - Contes populaires d’Afrique, 1903.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée

CONTES POPULAIRES D'AFRIQUE 3

— Me reconnais-tu ? Je suis la petite souris à qui tu as un jour donné la liberté. Aujourd’hui, je te le rendrai en te délivrant de la situation difficile où t’a mis la force par laquelle tu t’es laissé prendre. Un bienfait réussit toujours à son auteur.

La souris approcha sa bouche des liens du lion: elle rongea les courroies sèches; elle dé- chira les courroies humides qui le retenaient. Le lion fut délivré de ses liens; il cacha la souris dans sa crinière et s’en alla avec elle ce jour-là dans la montagne.

2
LES MEMBRES ET L’ESTOMAC (I).

PROCÈS du ventre et de la tête, où sont publiés les plaidoyers faits par devant les juges suprêmes, tandis que leur président veillait à ce qu’on démasquât le mensonger, son œil ne cessait de pleurer. Accomplis les rites exigés — pour le dire qui déteste les iniquités. — Après que le ventre eut dit sa plainte, la tête prit la parole longuement:


(I) Maspéro, Etudes égyptiennes, t. I, Paris, p. 260 : Fragment d’une version égyptienne de la fable des membres et de l’estomac.