Page:Basset - Contes populaires d’Afrique, 1903.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée

8 CONTES POPULAIRES D'AFRIQUE

sœurs arrivèrent en se réjouissnnt, la bénissant et la glorifiant :

— Bénie sois-tu entre les femmes! dirent-ils, ô notre sœur, notre fille, car aujourd’hui tu as obtenu la gloire de beaucoup d’hommes: tu as confondu la multitude des gens et des femmes par ta noblesse. O notre fille, la foule avait pensé te prendre en faute à cause de la noblesse de ta race, de ta douceur, de ton doux langage. A ce moment saint Coluthus a manifesté la gloire de sa grandeur et de sa noblesse par l’étendue des guérisons qu’il a faites chez ceux qui étaient malades et qui ont cru en lui.

Ensuite, chacun s’en alla à sa demeure. Ils honorèrent la chapelle de saint Coluthus, mangèrent et burent en cet endroit et revinrent chez eux en glorifiant Dieu et saint Coluthus.

4
THEODOSE ET DENYS (I)

AU temps de notre saint père, l’archevêque Apa Kyros, qui était comme un père sur Constantinople et à qui les rois étaient soumis, les grands de la ville se rassemblèrent


(I) Erman, Bruchstüke der koptischen Volkslitteratur, Berlin, 1897, in-4, p. 26.