Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 1.djvu/102

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

longtemps avant que de pouvoir estre persuadé de faire cet acte, a cause de la religion que Madame professait. Apres disner on dansa le grand bal, auquel je menay Mlle de Longueville[1].

La court revint à Paris, et la court de parlement vint faire remontrance au roy, tendant a ne verifier l’edit de Nantes en faveur de ceux de la religion, ausquels le roy respondit en fort bons termes[2] : j’y estois present.

Fevrier. - Sa Majesté s’en alla de la faire un tour a Fontainebleau pendant la foire de Saint Germain, pour ordonner les bastiments qu’il vouloit y estre faits au renouveau[3] ; pendant l’absence duquel il se fit ce desordre dans la foire, de plusieurs princes contre Mr le Grand, ou Mr de Chevreuse se brouilla avesques Termes : nous accompagnames Mr le Grand au retour ; et nous rencontrames avesques eux en la rue de Bussy, sans que les uns ny les autres fissent autre chose que se morguer. Mr de Montpensier arresta Termes en son hostel, et Mr le Grand estant revenu au sien avesques forces seigneurs, Mr d’Esguillon[4] y

  1. Catherine d’Orléans, damoiselle de Longueville, fille aînée de Léonor d’Orléans, duc de Longueville, marquis de Rothelin, comte de Dunois, et de Marie de Bourbon, duchesse d’Estouteville, mourut sans alliance en 1638. Elle fut l’une des fondatrices du couvent des Carmélites du faubourg Saint-Jacques.
  2. Voyez le discours du roi dans de Thou, liv. CXXII. - L’édit fut enregistré le 25 février.
  3. Au printemps.
  4. Henri de Lorraine, duc d’Aiguillon, fils ainé de Charles de Lorraine, duc de Mayenne, et de Henrie de Savoie, marquise de Villars-Tende. Il devint duc de Mayenne à la mort de son père, et fut tué devant Montauban le 16 septembre 1621. Les terres et baronnies d’Aiguillon, Montpesat, etc., ne furent érigées en duché, sous l’appellation d’Aiguillon, qu’au mois d’aoút 1599.
    M. d’Aiguíllon était cousin germain de M. de Joinville, auquel il offrait de servir de second.