Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 1.djvu/238

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ravy de se mettre dans ce grand jeu, quy luy estoit extreordinaire. Nous le festoyames tous, l’un apres l’autre (septembre). Nous fismes devant luy le ballet des Dieux marins, et puis nous courusmes la bague, masqués, a l’Arsenac. Le roy le mena de là a Fontainebleau ; et apres luy avoir tenu quelque temps avesques grande compagnie de dames, chasses, jeux, et autres divertissements, il prit congé du roy, quy le fut conduire jusques a Nemours, et me commanda de l’accompagner jusques a Montargis, ou je le quittay, et m’en revins a Fontainebleau, auquel lieu, le lendemain, Mr le prince fit appeller Mr le prince de Jainville, lesquels le roy accorda (octobre).

Je m’en revins à Paris[1], et un jour estant allé voir monsieur le connestable quy m’aymoit fort, et me l’avoit toujours tesmoygné, il me dit qu’il me vouloit le lendemain donner a disner, et que je ne manquasse pas de m’y trouver ; ce que je fis. Il y avoit aussy convié Mrs d’Espernon, de Roquelaure, Zammet, et un mestre des requestes nommé la Cave. Quand nous fusmes arrivés, il commanda que l’on fermat sa porte, et qu’il ne vouloit que rien l’interrompit de jouir de cette bonne compagnie de ses familiers amis ; et ne voulut que personne, outre ses officiers, fut en sa chambre, que Mr du Tillet Girard[2], et Ranchin, son medecin, ausquels il fit donner a disner dans sa garde-robe, pour pouvoir estre, apres disner, aupres de luy.

  1. Et mon jeune frere revint en ce temps là a Paris avec la fievre quarte, que je logeay a mon escurie de court.
    (Addition de l’auteur.)
  2. Nicolas Girard, sieur du Tillet, était secrétaire du connétable.