Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 1.djvu/415

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






APPENDICE


I


(Voir p. 23).


Les seigneurs allemands qui venaient combattre pour le roi de France contre leurs compatriotes et leurs coreligionnaires, auxiliaires des protestants français, reçurent à ce sujet des reproches auxquels ils firent une réponse collective, et cette réponse fut imprimée à Lyon, chez Paul Jove, M.D.LXIX, dans les trois langues, allemande, française et latine. Ces seigneurs étaient : Philibert, marquis de Bade ; Jean-Philippe et Frédéric, rhingraves ; George, comte de Linange, Westerburg et Schaumburg ; Christophe, baron de Bassompierre et seigneur d’Haroué ; Albert de Hesse, comte de Dietz. La plupart d’entre eux étaient luthériens ; mais ils ne regardaient pas comme contraire à la confession d’Augsbourg de combattre ceux qui « soubs vmbre de leur faulse et abhominable secte de Caluin », voulaient « esleuer vn autre Roy, qui consentiroit à leur mauuaise volunté. » Ce qu’il y a de curieux, c’est que Christophe de Bassompierre, catholique et futur ligueur, souscrivait aussi cette réponse, et se justifiait envers la confession d’Augsbourg par les mêmes raisons que les autres colonels de reitres.