Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 2.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’aust[1] pour aller a Bordeaux achever les doubles mariages d’Espaigne, ou je pensois les devoir accompagner ; mais comme Mr le Prince et ses partisans se mirent en mesme temps en campaigne pour divertir le roy de son voyage et brouiller les cartes, le roy mit une armée sur pié, de laquelle il fit Mr le mareschal de Boisdauphin lieutenant general, et Mr de Pralain mareschal de camp ; il me commanda de demeurer avesques eux, et laissa le regiment des Suisses de Galaty en ladite armée.

Nous fusmes conduire le roy et la reine jusques a Berny[2], et puis revinsmes a Paris, ou apres avoir demeuré peu de jours pendant que l’armée se mettoit sur pié, j’allay cependant le 26me d’aust, gaigner mon proces a Rouan[3] ou je vis la premiere fois Mlle Tourmente[4] avecques laquelle je fis connoissance (septembre).

A mon retour de Rouan, quy fut le 6me, je trouvay que Mr le mareschal de Boisdauphin estoit desja party pour aller a Meaux[5], ce quy fit que je ne sejournay

  1. La cour partit le 17 août (Lettre de Malherbe du 18 août. — Mercure françois, t. IV, année 1615, p. 207.)
  2. La croix de Bernis, sur la route d’Orléans, non loin de Sceaux.
  3. et eus arrest en ma faveur le vendredy 4me de septembre.
    (Addition de l’auteur.)
  4. C’est-à-dire Mme Tourmente : La famille Tourmente était une famille parlementaire de Rouen.
  5. Le prince de Condé s’était retiré dans son comté de Clermont-en-Beauvoisis, le duc de Longueville dans son gouvernement de Picardie, le duc de Bouillon à Sedan, et le duc de Mayenne à Soissons. La petite campagne dont le récit va suivre avait un double objet : couvrir Paris en défendant l’Oise et la Marne, et empêcher les princes coalisés de pénétrer dans le centre de la France et d’inquiéter le voyage du roi. Le premier but fut atteint : mais l’impéritie ou la négligence des chefs de l’armée royale permit aux princes de passer successivement la Marne à Château-Thierry, la Seine à Méry, l’Yonne près de Joigny, et la Loire à Neuvy.