Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 2.djvu/151

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il y eut ce jour là quelque brouillerie entre Mrs de Nemours et de Guyse, quy fut promptement rappaisée.

J’offris ce jour là mon service a madame la comtesse de Rochefort[1].


1620.
JANVIER.


Le premier jour de l’année 1620 fut commencé par la ceremonie de l’Ordre, et le lendemain par la ceremonie des chevaliers trespassés.

Fevrier. — La foire de Saint Germain vint en suitte, puis le caresme prenant[2], ou il y eut forces ballets et assemblées, entre autres trois, assavoir : cheux La Rochefoucaut ; cheux Chanvallon ou il y eut une fort belle comedie de personnes particulieres quy ne faisoint point de profession de comediens ; il y en eut aussy cheux Fedeau ou d’Andelot se fascha contre le maitre du logis et nous eumes quelque petite brouillerie Mr de Montmorency et moy[3], mais tout fut promptement appaisé.

Mr de Caddenet fut fait mareschal de France affin d’espouser Mlle de Pequigny[4].

  1. Anne de Rohan, princesse de Guémené, fille de Pierre de Rohan, prince de Guémené, et de Madeleine de Rieux, sa première femme, avait épousé, en 1617, Louis de Rohan, comte de Rochefort, depuis duc de Montbazon, son cousin germain.
  2. Le mardi-gras était le 3 mars.
  3. Cette seconde querelle de Bassompierre avec Montmorency est peut-être celle que raconte Tallemant des Réaux (Historiette de Montmorency, t. II, p. 307).
  4. Claire-Charlotte d’Ailly, comtesse de Chaulnes, dame de Péquigny, vidame d’Amiens, fille unique et héritière de Philibert-Emmanuel d’Ailly, seigneur de Péquigny, vidame d’Amiens, et de Louise d’Ongnies, comtesse de Chaulnes, épousa Honoré d’Albert, seigneur de Cadenet, à la condition que les enfants issus du mariage porteraient les nom et armes d’Ailly. Par lettres du mois de janvier 1621, le roi érigea le comté de Chaulnes en duché-pairie.
    Le P. Anselme fait remonter à 1619 le mariage de Cadenet et sa promotion à la dignité de maréchal ; mais Godefroy (Histoire des connestables) est d’accord avec Bassompierre pour la date de la promotion.