Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 2.djvu/233

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


retour a Paris ou il vint[1] pour y passer les festes de Nouel[2] et y finit heureusement l’année 1620[3].


1621.
JANVIER.


Des le commencement de l’année 1621 je fus extremement pressé de partir et on m’avoit desja donné mon instruction quand, pour le desir de passer les Rois a la court, tantost sur une difficulté que je proposay en ma dite instruction, tantost sur quelque autre sujet, je demeuray encores huit jours apres avoir eu toutes mes despesches, et fis partir en quinse diverses bandes, en poste, quelque sept vingts personnes quy vindrent avesques moy, parmy lesquels il y avoit pres de quarante gentilshommes que je voulus deffrayer tant de la bouche que des postes, de Paris a Madrid, et au retour de Madrid jusques a Paris, faisant mesmes porter toutes leurs hardes a mes despens.

Au commencement de janvier vindrent nouvelles de la mort de madame la duchesse de Rets[4] ; et

  1. L’auteur avait ajouté ici en interligne : le 7 novembre, qui est la date exacte du retour de Guyenne. On ne sait pourquoi les précédents éditeurs avaient mis : le 10 décembre.
  2. Et madame la duchesse de Luynes accoucha d’un fils le jour de Nouel.
    (Addition de l’auteur.)
  3. Le Journal d’Hérouard vient encore ici rectifier les dates de Bassompierre. Le roi n’était pas de retour à Paris pour les fêtes de Noël. Parti le 14 décembre pour la Picardie, il était le 17 à Amiens, le 20 à Péquigny chez le maréchal de Chaulnes, le 21 à Abbeville, le 24 à Boulogne, le 26 à Calais, où il resta jusqu’au 31. Ce fut seulement le 12 janvier 1621 qu’il revint de Chantilly à Paris.
  4. La duchesse de Retz était morte le 20 novembre 1620.