Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 2.djvu/435

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que j’auray tout le soing qu’il a desiré lors qu’il m’a faict prier a l’heure de sa mort de les auoir en ma protection, ce que je feray auec tant de tesmoignages d’une bonne volonté que sy quelque chose peut amoindrir vostre douleur, vous en receurez de la consolation. Cependant je prie Dieu vous la donner entiere et vous auoir, ma cousine, en sa garde. »

Ce ... décembre 1621.


Le roy a Monsr de Montbazon.

« Mon cousin, il ne pouuoit m’arriuer ny a vous pareillement une perte plus sensible que celle que je reçois par la mort de mon cousin le connestable vostre gendre, vous qui sçauez comme je l’aymois, pouuez mieux juger de l’ennuy que j’en ay. Sy chose au monde me pouuoit atrister, c’est cet accident qui, venant de la main de Dieu, doit estre receu auec resignation de nostre volonté a la sienne. Je vous en dirois dauantage, n’estoit que j’ayme mieux faire paroistre mes affections vers ce qu’il a laissé au monde de plus cher que mes regrets pour luy qui n’est plus. C’est en cette sorte que je tesmoigneray l’auoir aymé, prenant soing de sa famille. Ce que je vous prie croire que je feray si puissamment que tous ceux qui y ont interrest auront subject de se louer de ma bonté. Sur ce je prie, etc. »

Ces deux lettres sont extraites du recueil intitulé : Registre de monsieur Tronçon secretaire du cabinet, de plusieurs lettres escrittes de la main du Roy Louys treisiesme, a diuers princes, seigneurs et autres, ez années 1619, 1620, 1621, 1622, 1623, 1624, 1625, et 1626. (Bibl. nat. Fr. 3722.)


XXII


(Voir p. 205-206).


Au moment où s’achève l’impression de ce volume, je rencontre une pièce très-rare contenue au no 34613 (45) de la bibliothèque Mazarine ; c’est une plaquette de 6 pages intitulée : La reception faicte a monsieur le comte de Bassompierre par