Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 2.djvu/441

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à quelques seigneurs, ibid. — Barbin veut profiter d’une occasion favorable pour arrêter le prince de Condé, et les ducs de Vendôme, de Mayenne et de Bouillon, p. 84. — La reine n’ose se décider, p. 85. — Elle envoie chercher Bassompierre la nuit suivante, et lui confie ses projets, p. 86. — Le prince de Condé est arrêté par M. de Thémines, p. 89. — Les ducs de Mayenne et de Bouillon se retirent à Soissons. p. 90. — Le duc de Guise et le prince de Joinville vont les rejoindre, p. 91. — Pillage de l’hôtel du maréchal d’Ancre, ibid. — Création de maréchaux, p. 92. — Établissement d’un conseil de guerre, p. 93. — Négociations avec le duc de Guise, p. 94. — Le comte d’Auvergne prend la première place au conseil de guerre, p. 95. — On projette de le tuer, p. 96. — M. de Praslin parle contre ce projet, p. 97. — Son avis est écouté, et Bassompierre est chargé d’aller porter à la reine les réclamations du conseil, p. 98. — Départ de l’ambassadeur d’Angleterre, ibid. — Retour du duc de Guise et du prince de Joinville, ibid. — La reine charge Bassompierre d’emmener le prince de Condé du Louvre à la Bastille, p. 98. — Bassompierre prend les mesures nécessaires et accomplit sa mission sans obstacle, p. 100. — Il devient amoureux de Mlle d’Urfé, p. 101. — Courte maladie du roi, p. 102. — Bassompierre va au-devant des levées suisses, ibid. — Les sceaux sont ôtés à du Vair et donnés à Mangot ; l’évêque de Luçon reçoit la charge de secrétaire d’État, p. 105. — Mort de la fille du maréchal d’Ancre, ibid. — Conversation dans laquelle le maréchal d’Ancre révèle à Bassompierre ses craintes et ses pressentiments, ibid.


1617. — Le duc de Croy épouse Mlle d’Urfé, p. 110. — Jeux, festins, ballets, amours, p. 111. — Changements dans la garde du prince de Condé à la Bastille, ibid. — Intrigues à la cour, p. 112. — Conseils de Bassompierre à la reine, p. 113. — Bassompierre va rejoindre l’armée au siége de Château-Porcien, p. 114. — Capitulation de la ville et du château, p. 115. — Coup de main sur le quartier du régiment de Balagny, ibid. — Prise de Wassigny, p. 116. — Siége de Rethel, ibid. — Bassompierre est blessé en établissant une batterie, p. 118. — Capitulation de Rethel, p. 119. — Bassompierre repart pour Paris afin de négocier avec le maréchal d’Ancre la vente de sa charge de colonel général des Suisses, p. 120. — Il va voir le comte d’Auvergne au siége de Soissons, p. 121. — On apprend la mort du maré-