Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 3.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Germain, et le caresme prenant fut accompagné de plusieurs belles comedies et grands ballets. La court estoit fort belle, et les dames aussy ; mais sur le millieu du caresme (mars) il arriva un accident quy fit quelque desordre : la reine devint grosse, et l’estoit de six semaines quand un soir, madame la Princesse tenant le lit, la reine y alla passer la soirée jusques apres minuit avesques les autres princesses et dames du Louvre ; Mrs de Guyse, les deux freres de Luines, Mr le Grand, Blainville et moy, nous y trouvames, et la compagnie fut fort gaye, quand la reine s’en retournant coucher et passant par la grande salle du Louvre, madame la connestable de Luines et Mlle de Verneuil la tenans sous les bras et la faisans courir, elle broncha et tomba en ce petit relais du haut dais, dont elle se blessa, et perdit son fruit[1]. On céla l’affaire le plus que l’on peut au roy tant qu’il fut a Paris d’ou il se resolut de partir le dimanche de Pasques fleuries[2] pour aller faire ses pasques a Orleans et de là passer par le Berry et s’en aller a Lion pour attaquer le Languedoc et le reduire en son obeissance cet esté là.

Le mesme jour que le roy partit, les amis communs de Mr de Chomberg et de moy (faschés de voir nostre mauvaise intelligence), travaillerent pour nous remettre bien ensemble, ce quy leur fut aysé ; car nous y estions tous deux portés. Ils nous firent voir apres

  1. Hérouard dit, à la date du lundi 14 : « La Reine καταμενη » (καθημενη, laissée choir) ; et à la date du mercredi 16 : « Sur les trois heures la Reine accouche d’un embryon de quarante ou quarante-deux jours. »
  2. Le 20 mars. Le roi arriva le 23 à Orléans.