Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 3.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vespres aux Chartreux ou ils nous donnerent rendés vous, d’ou nous sortimes tres bons amis.

On fit sçavoir au roy comme, et en quelle façon la reine s’estoit blessée, et on l’anima tellement contre ces deux dames, qu’il despescha de Touri La Foulaine[1] a la reine pour luy mander qu’il ne vouloit plus que Mlle de Verneuil ny madame la connestable de Luines fussent aupres d’elle, et leur escrivit chascune une lettre pour leur faire sçavoir qu’elles eussent a se retirer du Louvre[2].

J’ay dit cy dessus que le roy estant a Poitiers pourveut aux affaires de Saintonge et de Poitou autant qu’il le jugea convenable, donnant a Mr d’Espernon le premier commandement partout ou il seroit de ces provinces là, et luy laissa quattre mille hommes de pié, et quattre cens chevaux : il bailla deux mille hommes de pié et deux cens chevaux a Mr de la Rochefoucaut, et pareil nombre a Mr de Saint Luc, avec ordre de reconnestre Mr d’Espernon et d’aller en Saintonge, Angoulmois et Aulnis avesques leurs forces quand il leur manderoit de le venir assister ; et que le premier des deux quy arriveroit pres de luy, seroit son lieutenant general, et l’autre serviroit de mareschal de camp ; que sy aussy Mr d’Espernon venoit en la province de l’un ou de l’autre, pour les secourir, celuy dans la

  1. Les dernières éditions portaient : Toury-la-Fourraine. — Ce fut d’Orléans que le roi dépêcha le sr de la Folaine avec des lettres datées du 25 mars.
    Astremoine de Jussac, seigneur de la Folaine, fils aîné de Jean de Jussac, seigneur de la Folaine, et de Marie du Bois Fontaine-Maran, était gentilhomme ordinaire de la chambre du roi.
  2. Voir à l’Appendice. I.