Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/196

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Je m’en rapporte au Docteur.

BARTHOLO.

Qu’est-ce que c’est ?

FIGARO.

Elle vous le contera de reste. (il sort.)


Scène xx

IV.


MARCELINE, BARTHOLO.
BARTHOLO le regarde aller.

Ce drôle est toujours le même ! et à moins qu’on ne l’écorche vif, je
prédis qu’il mourra dans la peau du plus fier insolent….

MARCELINE le retourne.

Enfin vous voilà donc, éternel Docteur ? toujours si grave et compassé
qu’on pourrait mourir en attendant vos secours, comme on s’est marié
jadis malgré vos précautions.

BARTHOLO.

Toujours amère et provoquante ! Hé bien, qui rend donc ma présence au
château si nécessaire ? Monsieur le Comte a-t-il eu quelque accident ?

MARCELINE.

Non, Docteur.

BARTHOLO.

La Rosine, sa trompeuse comtesse, est-elle incommodée, dieu merci ?

MARCELINE.

Elle languit.

BARTHOLO.

Et de quoi ?

MARCELINE.

Son mari la néglige.