Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/234

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



CHÉRUBIN le lui montre.

Hélas, Madame, le voici ; Bazile me l’a remis de sa part.

LA COMTESSE.

Déjà ? l’on a craint d’y perdre une minute. (elle lit.) Ils se sont
tant pressés, qu’ils ont oublié d’y mettre son cachet. (elle le lui
rend.)


Scène xx

VI.


CHÉRUBIN, LA COMTESSE, SUZANNE.
SUZANNE entre avec un grand bonnet.

Le cachet, à quoi ?

LA COMTESSE.

À son brevet.

SUZANNE.

Déjà ?

LA COMTESSE.

C’est ce que je disais. Est-ce là ma baigneuse ?

SUZANNE s’assied près de la Comtesse.

Et la plus belle de toutes. (elle chante avec des épingles dans sa
bouche.)

  Tournez-vous donc envers ici,
  Jean de Lyra, mon bel ami.

Chérubin se met à genoux. (elle le coiffe.) Madame, il est charmant !

LA COMTESSE.

Arrange son collet d’un air un peu plus féminin.

SUZANNE l’arrange.

Là…. mais voyez donc ce morveux, comme il est joli en fille ! j’en suis
jalouse, moi ! (elle lui prend