Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/236

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


 VII.

CHÉRUBIN à genoux, LA COMTESSE assise.
LA COMTESSE reste un moment sans parler, les yeux sur son ruban,
Chérubin la dévore de ses regards.

Pour mon ruban, Monsieur…. comme c’est celui dont la couleur m’agrée
le plus…. j’étais fort en colère de l’avoir perdu.


Scène xx

VIII.


CHÉRUBIN à genoux, LA COMTESSE assise, SUZANNE.
SUZANNE revenant.

Et la ligature à son bras ? (elle remet à la Comtesse du taffetas gommé
et des ciseaux.)

LA COMTESSE.

En allant lui chercher tes hardes, prends le ruban d’un autre bonnet.

(Suzanne sort par la porte du fond, en emportant le manteau du Page.)


Scène xx

IX.


CHÉRUBIN à genoux, LA COMTESSE assise.
CHÉRUBIN les yeux baissés.

Celui qui m’est ôté m’aurait guéri en moins de rien.

LA COMTESSE.