Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/243

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


 la Suzanne du cabinet, il faudra qu’elle
ait la bonté de m’attendre, et le moindre mal qui puisse lui arriver à
mon retour….

LA COMTESSE.

En vérité, Monsieur, voilà bien la plus odieuse aventure…. (le comte
l’emmène et ferme la porte à la clef.)


Scène xx

XIV.


SUZANNE, CHÉRUBIN.
SUZANNE sort de l’alcôve, accourt au cabinet et parle à la serrure.

Ouvrez, Chérubin, ouvrez vite, c’est Suzanne ; ouvrez et sortez.

CHÉRUBIN sort.

Ah ! Suzon, quelle horrible scène !

SUZANNE.

Sortez, vous n’avez pas une minute.

CHÉRUBIN effrayé.

Eh par où sortir ?

SUZANNE.

Je n’en sais rien, mais sortez.

CHÉRUBIN.

S’il n’y a pas d’issue ?

SUZANNE.

Après la rencontre de tantôt il vous écraserait ! et nous serions
perdues.--Courez conter à Figaro…

CHÉRUBIN.

La fenêtre du jardin n’est peut-être pas bien haute.

(il court y regarder.)

SUZANNE avec effroi.

Un grand étage ! impossible ! ah ma pauvre maîtresse ! et mon mariage, ô
Ciel !