Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/261

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



FIGARO.

C’est…. qu’en effet il y manque peu de chose. Il dit que c’est
l’usage.

LE COMTE.

L’usage ! l’usage ! l’usage de quoi ?

FIGARO.

D’y apposer le sceau de vos armes. Peut-être aussi que cela ne valait
pas la peine.

LE COMTE r’ouvre le papier et le chiffonne de colère.

Allons, il est écrit que je ne saurai rien. (à part) C’est ce Figaro
qui les mène, et je ne m’en vengerais pas !

(il veut sortir avec dépit.)

FIGARO l’arrêtant.

Vous sortez sans ordonner mon mariage ?


Scène xx

XXII.


BAZILE, BARTHOLO, MARCELINE, FIGARO, LE COMTE, GRIPE-SOLEIL, LA
COMTESSE, SUZANNE, ANTONIO, Valets du Comte, ses Vassaux.
MARCELINE au Comte.

Ne l’ordonnez pas, Monseigneur ; avant de lui faire grace, vous nous
devez justice. Il a des engagemens avec moi.

LE COMTE, à part.

Voilà ma vengeance arrivée.

FIGARO.

Des engagemens ? de quelle nature ? expliquez-vous ?

MARCELINE.

Oui, je m’expliquerai, malhonnête !

(La Comtesse s’assied sur une bergère ; Suzanne est derrière elle.)