Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/266

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



LA COMTESSE.

Il faut qu’il parte. Après ce qui vient d’arriver, vous croyez bien que
je ne suis pas tentée de l’envoyer au jardin à votre place.

SUZANNE.

Il est certain que je n’irai pas non plus. Voilà donc mon mariage encore
une fois…

LA COMTESSE se lève.

Attends… Au lieu d’un autre ou de toi, si j’y allais moi-même.

SUZANNE.

Vous, Madame ?

LA COMTESSE.

Il n’y aurait personne d’exposé… le Comte alors ne pourrait nier…
Avoir puni sa jalousie et lui prouver son infidélité ! cela serait…
Allons, le bonheur d’un premier hasard m’enhardit à tenter le second.
Fais-lui savoir promptement que tu te rendras au jardin ; mais surtout
que personne…

SUZANNE

Ah ! Figaro.

LA COMTESSE.

Non, non ; il voudrait mettre ici du sien… Mon masque de velours et ma
canne, que j’aille y rêver sur la terrasse. (Suzanne entre dans le
cabinet de toilette.)


Scène xx

XXV.

LA COMTESSE seule.

Il est assez effronté mon petit projet ! (elle se retourne.) Ah le
ruban ! mon joli ruban ! je t’oubliais ! (elle le prend sur sa bergère et
le roule.) Tu ne me quitteras plus… tu me rappelleras la scène où ce
malheureux enfant… Ah ! monsieur le Comte,