Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/269

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


 ne t’a pas vu ?

PEDRILLE.

Âme qui vive.

LE COMTE.

Prenez le cheval barbe.

PEDRILLE.

Il est à la grille du potager, tout sellé.

LE COMTE.

Ferme, d’un trait, jusqu’à Séville.

PEDRILLE.

Il n’y a que trois lieues, elles sont bonnes.

LE COMTE.

En descendant, sachez si le Page est arrivé.

PEDRILLE.

Dans l’hôtel ?

LE COMTE.

Oui ; surtout depuis quel temps ?

PEDRILLE.

J’entends.

LE COMTE.

Remets-lui son brevet, et reviens vîte.

PEDRILLE.

Et s’il n’y était pas ?

LE COMTE.

Revenez plus vîte, et m’en rendez compte : allez.


Scène xx

IV.

LE COMTE seul, marche en rêvant.

J’ai fait une gaucherie en éloignant Bazile !… la colère n’est bonne à
rien.--Ce billet remis par lui, qui m’avertit d’une entreprise sur la
Comtesse ; la Camariste enfermée quand j’arrive ; la maîtresse affecté