Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/281

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



SUZANNE s’échappe.

Voilà du monde.

LE COMTE à part.

Elle est à moi. (il s’enfuit.)

SUZANNE.

Allons vîte rendre compte à Madame.


Scène xx

X.


SUZANNE, FIGARO.
FIGARO.

Suzanne, Suzanne ! où cours-tu donc si vîte en quittant Monseigneur ?

SUZANNE.

Plaide à présent, si tu le veux ; tu viens de gagner ton procès. (elle
s’enfuit.)

FIGARO la suit.

Ah ! mais, dis donc…


Scène xx

XI.

LE COMTE rentre seul.

Tu viens de gagner ton procès ! --Je donnais-là dans un bon piége ! O mes
chers insolens ! je vous punirai de façon… Un bon arrêt, bien juste…
mais s’il allait payer la duègne… avec quoi ?… s’il payait… Eeeeh !
n’ai-je pas le fier Antonio, dont le noble orgueil dédaigne en Figaro un
inconnu pour sa nièce ? En caressant cette manie… pourquoi non ? dans le
vaste champ de l’intrigue, il faut savoir tout cultiver,