Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/322

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


 ans vous n’étiez pas
pourvue, de me donner la préférence ?

MARCELINE.

À quelle condition l’ai-je promis ?

BAZILE.

Que si vous retrouviez un certain fils perdu, je l’adopterais par
complaisance.

Tous ensemble.

Il est trouvé.

BAZILE.

Qu’à cela ne tienne.

Tous ensemble, montrant Figaro.

Et le voici.

BAZILE, reculant de frayeur.

J’ai vu le diable !

BRID’OISON, à Bazile.

Et vou-ous renoncez à sa chère mère !

BAZILE.

Qu’y aurait-il de plus fâcheux que d’être cru le père d’un garnement ?

FIGARO.

D’en être cru le fils ; tu te moques de moi !

BAZILE, montrant Figaro.

Dès que Monsieur est de quelque chose ici, je déclare, moi, que je n’y
suis plus de rien.

(Il sort.)


Scène xx

XI.


LES ACTEURS PRÉCÉDENS, excepté BAZILE.
BARTHOLO, riant.

Ha ! ha ! ha ! ha !

FIGARO, sautant de joie.

Donc à la fin j’aurai ma femme !

LE