Page:Becque - Sonnets mélancoliques, 1887-1888.djvu/1

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Becque.jpg


HENRY BECQUE
—————
Sonnets mélancoliques


I



Je n’ai rien qui me la rappelle,
Pas de portrait, pas de cheveux ;
Je n’ai pas une lettre d’elle ;
Nous nous détestions tous les deux.

J’étais brutal et langoureux ;
Elle était ardente et cruelle ;
Amour d’un homme malheureux
Pour une maîtresse infidèle.

Un jour, nous nous sommes quittés,
Après tant de félicités,
Tant de baisers et tant de larmes ;

Comme deux ennemis rompus,
Que leur haine ne soutient plus,
Et qui laissent tomber leurs armes.

Anthologie Contemporaine.
Vol.45. série IV. (N° 9).