Page:Bescherelle - Grammaire nationale.djvu/41

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


_ — . ' «~ · . 7 l . . ( 57 )` . ' soins, le mâle et la femelle sont désignés par un seul et mémesubstantif, tantotmasculin, tantot féminin, sans égard au sexe de l’individu qu’on veut nommer; et que, pour dési- . gner les petits, il faut employer une périphrase (4). _ , ; . = Et cela estnaturel. Ge sont les besoins qui 'ont contribué à enrichir les langues; avec de nouveaux besoins naissent de nouvelles idées, qui, pour être communiquées à nos semblables, exigent, ou que l’on crée de 'nouveaux mots, ou que l’on donne une accep- ' tion nouvelle àdes mots déjà usités. _ · ~~ ` . · — Or, comme les objets dont nous nous entretenons fréquemment sont ceux que nous ‘ .‘ , . ' , . . _ , . _ , · , . avons besoin de designeravec le plus de precision , pour eviter des méprises frequentes, il a fallu créer des mots nouveaux qui désignassentcesobjetsf Qu’on imagine un moment ·· ue nousn avon ue e seu mo œu , rex ' , u é i r ln i in emen ou I ' s l l tb a emle ords ne dst ct tts les individus de cette espèce dequadrupèdes; il est facile de voi`r que, chaquefois que nous voudrions parler de ces animaux, il faudrait, ou user de circonlocutions pour dé- signer avec précision le mâle, la femelle, les petits, ou nous exposeràètre mal entendus. _ e— a oureur vin` ois ar 'our se rouverai ans e même em arras ou om erai Llb ,t_fp],t,tdl b,tbt ns em me inconvénien . ` ussi .non con en s es su s an is aureazt, vac ze, énîsse, dale sA_,, ttd bttiz lg veau, les laboureurs, pour dénommer chaque individu avec uneiexacte précision, don- nent-ils le plus souvent à chacun un nom propre, tiré de la couleur de l’individu,ou_dc toute autre circonstance. Tant il est vrai que c’est le besoin decommuniquer ses idées avec précision ,` qui fait créer·les mots et qui enrichit les langues! · . » ` Excncicz Azunrrrovfz. Y , V (Designer les noms masculins et les noms féminins.) ' 'tuisn. mm- ctnpsn. ‘ . stsnnm, _ css. ¤·¤m«}t. cwn«(1.; iimtiss. sam. · · . vmn. nm. · Qtvnlc. sem. i>¤»tn·a«. Brelwit. * Poule. B·mt·d($.) ihqtmée. Abeille. _, Gucnon. Tmie , , cnam ' · ô V , 4 ` U · · · -···»·>w¤ N XII. ¤%e·<»«·— nous, soir nusco1.rns_ soir miuxnrns_ snnvnivr A màsiciuzn rom- A ns rois ne Mann nr LA rminnnn, ' V ‘ _ — 1'• sinus.- nous mscutnts. . . z= siânxx. — nous rànmms., ' Le renne vit de mousse aux plages boréales. · . La colombe attendrit les échos des forêts. * . · (Dnr.u.r.x.) · ` ' · ('Duixuf.) ~ · Le pinçon remplit l’air de sa v0lx,écla(t§nte. ) I La baleine bondit au sein des mers. (Id.) - ‘ ICHAUD. ` ' . Le merle cherche l'ombre et les taillis épais. `La taupe ne se trouve guère que dans les payscul- . ' (Id.) tivés. · (Burton.) poulain, la pouliolie,lc coursier, la haquenée.-Le taureau,-lehœuf, la vache, la gétiisse, le veau.—Le sanglier, ` · la laie,les marcassins.—Le cerf, la biche, les faons.-Lelièvre, la base, lcs levrauts.-—Le lapin, la lapins, les lapereaux. —— Le lion, la lionne, les Lionceaux. -L’àne, le baudet, l’ànesse, l’ànon. - Le bélier, le mouton, la brebis, Pagneau. — Le bouc, la chèvre, le clievreau, etc., etc., cto. · V (I) On dit egalement corbeau (substantif masculin) pour désieucr le mâle et la femelle. Le mot pie (féminin) designe les individus des deux sexes , et l’on est forcé cl; dire: la femelle du; corbeau , leynâle de o pie. ll faut dire aussi, par périphrasc : les petits du corbeau, dc la pie, du geai, du merle, etc., etc. Pour l'espèce de l’atglc, nous avons les aiglons, qui désignent les petits, etc., etc. _ ui lc.·...a.. ·· aan:. ·...«..r··a. .« .. aa. .......·., tt. ,...4.at, .i·..·. .i.···.i tsmms ·i··m. tsmmt. tva., M ..·..... ,,s·..q·...a ms. in lexîeogtiplsex vnnlentquz ce mat nelfapplique qu'au màlnlde Peupèce cheval. Huginnic ne trouve dans le même ea: que rauni¢r, ti ce ·n'zst que martin est . mnrulm, et Auqunh feminin. llcqumh ne disait autrefois d'un cheval comme d'une fument, qui allait Iïmlile, pourquoi done lAc¤démi¤, les _ ,....·....s.;·... tt i.L¤·.a«.m,.t.., ·...¤.st·ai, mt ,,...·...i.. ...;......i·¤..i qu. ts msi nn tt .ia.«at.,... ttt. iumenuî · ws) On du lc _i.«..·g. N·>···m,».._··. que st mi sa le un qui au aimants saisit. ·pag·i»m·.·· un ..s;n· r.....u..._ii..t vrai .,···t·. ama i. A — ama si tm p«·..·... a tm enpèce «i.«nm.«. de sans du mmsn, ·· qu. tt tom que atqm. qustqt. ttntpt ·,..·.... . pt., i»i...i,.n·a. de «n.:g.....· par ce qcm la femelle prcnquq ignorés 'rl: cn dei-nier. No: qntnmairinnu n'ont ininait pu expliquer la inasculinitè ile cc mot. Muin wcpnndnnf

c;,t
;u;w:à:u¤. Unefoxntn cvttlenie I 1 nmpcrtb sur une ngniücnnon pm connue. L‘¤b¤•¤c¤ du l': muet final n fumé ou mot pou commun

I I