Page:Bescherelle - Grammaire nationale.djvu/56

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


. V \ _ ‘ . ' · » V ( 52 ) _ . B _ ( · —·~œ··>%es N_ XXII, o%ç·><»··— _. ` _ , ' « . « r·0nruA·1·r0N nu nntmmn DANS Les sunsraivrrrs. -— NOMS ms rouzrn rnnmiuusou. t=· sente. — sincumrn. _· 2• sam:. — rtunisn. ·L'Izomme véritablement libre est celui qui, dégagé Les hommes qui ont le plus de sagesse et de tai · detoute crainte et de tout désir, n’es|. soumis qu’aux lent ne manquent point de s’adonner aux arts aux- dieux et à la raison. (Fsnsnotv.) quels les grandes récompenses sont attachées. _ — · · I I A (l·`Énsr.on.) Le bicn,_nous lefaisons ; le mal, c’est la fortune. l Les biens d’un homme _ne sont pus dans ses coilres, ' On a toujours raison; le destin, toujours tort. · l mais dansl’usage qu’il en tire. ’ (LA Foivunvs.) _ (I.-J. Roussnu.) La loi dans tout état doit être universelle; Il ne faut pas faire par les lois ce qu‘on peut faire Les mortels, quels qu'ils soient, sont égaux devant elle. par les mœurs. (Moxrnsquixu.) · (VOLTAIRE.) · ' , Les plus grandes verite: sont ordinairement les La vérité est_une reine qui a dans le ciel son plus simples. - _ (MALESHEKBESJ trône étemel, et le siège de son empire dans le sein de ·

D1eu. _ , (Bossuxr.)

Un roi ne saitjamals s’il a de vrais amis. .... Les rois sont des hommes. ' , (Bounsauur.) (Id.) L3 verluabeaucoup de pr-édjchœmg, majg peu dc Les vertus se perdent dans l’intérét;, comme les U1îlY()'I'S. · . - (H|;|_vÉ·p;u5,) , HCIHS SB ])6l`d€I1l·d3DS la IDE}'. . · ' (LAnocnnroucA¤r.¤.) ‘ L'habitude est le plus grand gwen, de ja mem, La fausse gloire et la fausse modestie sont les de¤x· (Dr; Livry,) écueil.: de ceux qui écrivent leur propre vie. _ 4 · (De Rxrz.) » Malheureux et détrompés, nous préférons aux hril- MS drapeaux GES püfîîë sont dûe Uvweuls dans lames couleurs du prisme de Pcsperance la blancheur lesquels on ensevelit la patrie. du luweul. (Bmw, DE S·;-Pmmg_) V ` ‘ (Bnniunnizt nn S·r—Pixsnn.) Le soleil demeure constamment à la même place. Les étoiles fixes sont autant de soleil:. — (Bznquin.) — (FONTRNBLLE.) Tout se réduit souvent pour le vooageur à échan- Le saule est agréable aux génies des voyageurs, ger dans la terre étrangère des illusions contre des parce qu’il croît au bord des fleuves, emblèmes d‘une souvenirs. (CHATKAUBRIAND.) vie errante. · _ (CnA·rnAunn|Ann.) Un sot trouve toujours un plus sot qui l’udmire. Les sots depuis Adam sont en majorité. _ . A (Boxtmu.) ((1As. Ds1.Avruax.) ll y porte une corde , et veut, avec un clou. , , Un siege aux clous d’argent te place à nos côtés. Au haut d’un certain mur attacher le licou. ` (A. Cuisine.) _ V (LA FONIAINE.) ” Un vufavamerail est une hôtellerie dans le Levant, Dc distance à autre, je rencontrais de grands ca- 0ù les caravanes sont reçues gratuitement, ou pour rauansemils bien fermes et de vastes bazars ou - un prix modique. (AcAi>âiu1s.) marchés, ou régnait le plus grand silence. ' (BKBNARDIN on S'r·Pinn¤.) ` La passion fait un fou du plushabile homme et · 4 Les fous mènent les smes: ils sont plus nombreux. rend habiles les plus sots. · (Boisrs.) (LAROCHEFOUCAULD.) ` Un généreux conseil est un puissant secours. On ne donne rien si libéralement que seswonseil:. ( , (Com;;;;;,) · (LABUCBKPOUCAULD.) j V Ce qu’il faut conclure des. exemples de l’une et de l’autre colonne, c’est qu’en français l tout mot terminé par une voyelle ou par une consonne prend un s au pluriel, quel que soit d'ailleurs'son genre : cette lettre êstydans le génie de la langue française, le vrai caractère dupluriel. ' _ .