Page:Bescherelle - Grammaire nationale.djvu/58

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


_ _ . _ · · _ < M J ·· — ` ’ l ` f ’· mur., omr.,aixor.,etc. _ ` vs same. - sxucurrns., 2• srianz. — rtunist. Dans les plaines du ciel Dieu sema la lumière. Qnela terre est petite à qui la voit des cieux I r ' ‘. ` (Vorrsisaà) · (DELILLI.) Chaque nation a besoin d’une musique partlc `ère L’lt.alIe est sous un des plus beaux ciels de lKu- ' ilui soit analogue à son ciel. (Lei. Rousseau.) ' rope. (Non.) On appelle, en terme depeinture, le ciel, cette Les ciels dans les tapisseries les font estimer. partie du tableau qui représente l'alr. (Pineau.) ` (Acamîiura.) Quand on dltlle ciel de oe.lit n'est pas assez haut, Ce peintre fait bien les ciels. ‘ (Acamimn.) ciel slguiilc le haut du lit. (Acanama.) I · ll faut dire des ciel: de lit. ' (Id.) _ On voit les maux.d'autrul d’un autre œil que les siens. Au cimetière de Pise, Bnitalmaco a représenté tous · (Contrainte.) les ciels décrits par le Dante. (J. Jamu.) Ah! pcutton d’un œil sec voir mourir cequ’ou aime! Le bandeau de Perreur aveugle tous les yeux. . \ . · (ld-) (Vorxnraa.) La chronologie et la géographie sont les yeux de · — A Yhistoire. (Bomrsca.) En architecture , une espèce de petite lucarne faite Dites au pluriel desœils-de-bœuf . ` en rond ou en ovale dans la couverture des maisons , (Acnmimu.) ' s'appelle un œil-de-bœuf. (Acsnima.) 0Eil se dit, aussi du pain ou du fromage, quand ll y a un proverbe espagnol qui dit qu’il faut on .y trouve quelques trous ou ouvertures qui les choisir du fromage sans yeux, du pain qui ait des rendent moins compactes et moins solides. ·yeu.·c, et du vin qui saute aux yeux. t _ q. . (Taxîvoux.) ' (Tmivoux.) ll mc parait que l’on doit encore regarder comme Les pierres appelées œilr—de·poùson, quoique assez un produit du feld-spath la pierre chutoyante à. la- rares, ne sont pas d’un grand prix. » (Burrnu.) ' quelle on a donné le nom d’œil-de-poisson. · - · . = (Burrcn.) _ . Ce que Païeulni le père Ses deux aieuls ont rempli les deux premières-` N'ont point fait au siècle passé, , charges. ` sAc.u>amx.) · Aujourdhui la France lfespère · Qui sert bien son pays n’a pas besoin 'aïeuz. Du grand roi qu'î1s nous ont laissé. (Vorsrarax.) (Ranma.) _ ` ‘ Q , En logique, un terme désignant ce qu’ll y a de On distingue cinq unioersawc : le genre, la ditio- commun entre tous les êtres d’tm même genre, est rence, l'espece, le propre et Yaceident. appelé _un universel. (BDISTILJ ' ,` `_ (Duznssaia.) Ces exemples donnent lieu aux observations suivantes : · ( \ ·1° On dit ciel au singulier, ciels et cieux aupluriel : cieux, pour désigner, en général, ' toute Vimmensité de la voûte céleste; ciels, pour énoncer d’urié manière restrictive la température particulière à ohaqueville, à chaque contrée; ce qui faitque l’on compte, ‘ en quelque sorte, autant de ciels qu’il y a de pays : le ciel de l’Italie, le ciel de la France, - le ciel dc l'Espag1tc,`s0nt des ciélsfzworisés des dieux. On dit égalerrientdes ciels de tableau, ` des ciels de lit. Enfin, en terme de mineurs, on se sert de ciels pour indiquer les pre- · mières couches de terre. - ' · ` ` 2° 0Eil a aussi deux pluriels dilïérents : yeux et oeils. On emploie yeux au propre et au · figuré, pour exprimer Porgane de la vue. Mais la plupart des grammairiens voudraient qu’en toute autre circonstance on se servit du,rh0t œilsjûependant, dans les exemples que nous venons de rapporter, on trouve des œüs-de-bœuf, terme d’architecture, et _` l’Académie, Boiste, Laveaux, Trévoux ont décidé qu’il fallait dire : les yeux du pain, du fromage, dela soupe. Nous devons donc à cet égard nous soumettre à la décision de ces imposantes autorités. Néanmoins, s’il s’agit des plantes et des pierres qui portent · le nom d’qeil-·de-cIm,d’œil-de-serpent, d’œibde-perdrix, nous écrirons, avec 'les natura- · listes, dœ œile-de-chat, etc. , '