Page:Blanc - Histoire de dix ans, tome 2.djvu/412

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Belgique avait fini par se détacher de la France, par se rapprocher de l’Angleterre. Et alors, grâce au victorieux ascendant des Anglais sur la Conférence, la Belgique n’avait trouvé que des soutiens dans ses ennemis de la veille.

Le triomphe de l’influence anglaise fut tel qu’on en vint bientôt à regarder un prince anglais, Léopold de Saxe-Cobourg, comme le seul souverain possible de la Belgique. Et, pour précipiter son élection, la Conférence rédigea le fameux protocole connu sous le nom de traité des 18 articles.

Ce protocole était aussi favorable à la Belgique que ceux des 20 et 27 janvier lui étaient funestes. Les cinq Puissances décidaient, cette fois, que la question du Luxembourg était distincte de la question hollando-belge, et que, durant le litige, les Belges garderaient le Grand-Duché qu’ils occu-


du roi n’a point adhéré à ses disposition. Dans la question des dettes, comme dans celle de la fixation de l’étendue et des limites des territoires belge et hollandais, nous avons toujours entendu que le concours et le consentement libre des deux états étaient nécessaires. La Conférence de Londres est une médiation, et l’intention du roi est qu’elle n’en perde jamais le caractère.

Agréez, etc.

Signé : Horace Sébastiani »

Cette lettre, communiquée au Congrès pendant qu’il discutait les deux candidatures rivales du duc de Nemours et du duc de Leuchtemberg, contribua à faire échouer la seconde.

Le danger dynastique passé, voici en quels termes le gouvernement, dans le protocole du 17 avril, n° 21, adhéra au protocole du 20 janvier, dont celui du 27 n’était que le complément financier :

« Le plénipotentiaire français déclare officiellement, d’ordre exprès du roi maître :

Que la France adhère au protocole du 20 janvier 1831 qu’elle approuve entièrement les limites indiquées dans cet acte pour la Belgique ; qu’elle ne reconnaîtra le souverain de la Belgique qu’autant qu’il aura pleinement accédé à toutes les conditions et clauses du protocote fondamental du 20 janvier 1831. »

Cela s’appelle de l’habileté !