Page:Blanc - Histoire de dix ans, tome 3.djvu/350

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tout ce qu’elles renferment de grands hommes sans emploi. Cet homme qui a vécu et qui meurt sous un habit de paysan ou de soldat, c’était mieux que Cromwell, peut-être ! D’ailleurs, quelque orageuses qu’eussent pu être les destinées faites à notre pays par la république, jamais, du moins, elles ne nous auraient amené à ce qu’il nous était réservé de voir : l’abaissement des caractères, l’indifférence dans le mal et la honte, l’altération du génie national, la mort enfin par épuisement et pourriture.