Page:Blanc - Histoire de dix ans, tome 4.djvu/296

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les personnes et les propriétés, protégeant les faibles, épargnant la vie des vaincus, et se gardant bien de mettre la dévastation au nombre de leurs moyens de défense ou d’attaque. Au moment d’in-

« Cejourd’huy premier may dix huit cent trente quatre, nous soussignes Bonnaventure Galand marchand de boit, Honoré-Picottin marchand de vin tous deux propriétaire domiciliés a Vaize, François Foucret forgeur et Jean Chainier propriétaire aussi domicilier à Vaise. Ateston pour rendre hommage a la vérité que le sieur Jean Barge mousselinier demeurant a Vaise route de Villefranche n° 19. A été arraché violement du domicile du sieur Laffay demeurant rue projettée n° 7, ou il s’était réfugié d’une manière paisible et très inoffensive pour se mettre en sureté, la des soldats l’ont trainé jusque sur la nouvelle route du Bourbonnais pour le massacrés impitoyablement, sans qu’il lui soit possible de faire entendre la moindre explication qui aurait été sincère et on ne peu plus justificative, ce malheureux quoi que persé de coupt a encore pu se trainer chez le sieur Foucret forgeur demeurant près du lieu ou il fut mutilé, ce dernier lui prodigua les premiers secours qui ne servirent qu’a prolonger son agonie d’une heure environ pendant laquelle son épouze le fit transporter dans son domicile ou il fut accompagnie par le docteur Cuiehanet qui avoit été appelé pour lui donner ses soins, le déffunt laisse Barthellemye Saunier veuve et mère de deux enfant, l’une âgé de treize et l’autre de quinze ans sans aucune ressource pécuniaire, en foi de quoi nous avons signé la présent ces jour et an que dessus.

PICOTIN, CHANIER, GALLAND, FOUCRÉ. xxxxx
Vu à la mairie de Vaise le 1er Mai 1834, pour légalisation des signatures cy-dessus, au nombre de quatre.
Le Maire, XXXXXXXX
EBHARD, adjoint. » XXXXX

« Nous soussignés tous habitants de la commune de Vaise, atestons pour rendre hommage a la vérité que le nommé Mathieux Prost profession de couverturier demeurant a Vaise rue projetée maison Feuillet a été le 12 d’avril 1834, arraché de son domicile, où il étoit paisible et innofensife, par des soldats du 28me régiment de ligne, qui l’ont innumainement fusillué a la porte de son domicile, sans qu’il lui ait été possible de faire entendre la moindre explication qui eut étée sincère et justificative en fois de quoi nous avons signé le présent pour servier au besoin, Vaise le 28 avril 1834.

CHANIER, ANTNE VERNE, PICOTIN, VINCENT. xxxxx
Vu à la mairie de Vaise le 1er Mai 1834, pour légalisation des signatures cy-dessus, au nombre de quatre.
Le Maire, XXXXXXXX
EBHARD, adjoint. » XXXXX