Page:Blanc - Histoire de dix ans, tome 4.djvu/330

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


suite, fouler lui-même aux pieds ses prétendus titres à l’immortalité, tout simplement pour tirer vengeance de lord Palmerston qui s’était plu à le faire attendre une heure dans son antichambre !