Page:Blanc - Histoire de dix ans, tome 4.djvu/505

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




DOCUMENTS HISTORIQUES.




Consultation sur la santé de Mme la duchesse de Berri. — Rapport sur la salubrité de la citadelle de Blaye. — Rapport sur la santé de Mme la duchesse de Berri. — Procès-verbal de l’accouchement de la duchesse de Berri. — Traté d’Unkjar-Skélessi. – Traité concernant le droit de visite. — Règlement du Mutuellisme. — Traité de la Quadruple Alliance. — Arrêt de mise en accusation des accusés d’avril. — Liste des pairs qui ont vote la mise en accusation. – Liste des défenseurs choisis par les accusés d’avril. — Liste des pairs qui répondent à l’appel ; liste des pairs qni ne répondent pas. — Liste des accusés. — Lettre des défenseurs aux accusés d’avril. — Arrêt du 15 juillet 1835.

N°1.
CONSULTATION
SUR L’ÉTAT DE LA SANTÉ DE MADAME LA DUCHESSE DE BERRI.

Madame la duchesse de Berri est née de parents phtysiques ; son père était en outre sujet à la goutte. Son tempérament est éminemment nerveux, et les maladies qu’elle a antérieurement éprouvées démontrent qu’elle est disposée aux affections inflammatoires ; ainsi, à plusieurs reprises, elle a été atteinte de catarrhes pulmonaires, dont quelques-uns assez graves pour avoir inspiré aux médecins qui la soignaient des craintes assez sérieuses. Plusieurs fois aussi elle a ressenti des douleurs articulaires avec gonflement, présentant tantôt le caractère rhumatismal tantôt les apparences de la goutte.

Depuis son séjour à Blaye, M. le docteur Gintrac a été appelé quatre fois. Le 11 décembre 1832, il observa les symptômes suivants douleurs rhumatismales aux épaules ; petite toux sèche portant un caractère nerveux suppression des règles qui dataient de deux mois, et qui d’après le rapport de la princesse, avaient été suppléées par un flux hémorrhoïdal ; du reste, il n’y avait point de fièvre, et les organes digestifs étaient en assez bon état.

Le 18 du même mois, à sa seconde visite, le docteur Gintrac, appelé à l’occasion d’une forte douleur de tête, avec pesanteur et étourdissement, remarqua une diminution notable des douleurs rhumastismales et de la toux dont nous venons de parler.

La troisième visite du docteur Gintrac eut lieu le 9 janvier 1833. Alors de nouvelles douleurs s’étaient manifestées aux articulations des han-