Page:Bloy - Les Dernières Colonnes de l’Église, Mercure de France, 1903.djvu/143

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



II


Eh bien ! la matière n’est pas épuisée. L’évolution religieuse de Narcisse vieillissant nous met en présence d’une cocasserie imprévue. De même que la conscience du monde catholique réclamait un poète gâteux, si heureusement obtenu en la personne de François Coppée, de même ce monde brûlant d’amour et de générosité guerrière sentait le besoin d’un écrivain bistourné qui réfrigérât ses ardeurs. La fibule intellectuelle du Psychologue le désignait à tous les espoirs. De bonne grâce, il s’exécuta, et L’Étape vit le jour.

Mais ce romancier sans muscles ni cartilages n’ayant pas précisément le génie des titres se vit forcé d’emprunter à un autre pauvre. En