Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/115

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA NOËL DU MOUSSE




À bord de la fière Corvette
Où l’on fête le réveillon,
Sur le pont, près de la dunette,
On a monté le moussaillon.

On est dans la terrible zone
Des mers de Chine, et le gamin
Qui s’en va de la fièvre jaune
Ne doit pas voir le lendemain.

Il a neuf ans… dix ans à peine…
Qui sait ? — bien des soleils ont lui
Et personne n’a pris la peine
D’en compter le nombre pour lui :

On l’a recueilli sur la plage,
Un matin qu’il ventait bien fort ;
Et l’orphelin, en prenant l’âge,
Est devenu « l’enfant du Port ».

Quand il fut assez fort : « Embarque ! »
Dirent les marins au moutard
Qui manœuvrait déjà sa barque
De Saint-Malo jusqu’à Dinard.