Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/32

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mais le Curé, nous dit l’Histoire,
Voulait un Clocher sans rival
Qui chanterait, plus haut, la Gloire,
Des Saints Yves et Tugdual.

Il fit venir des architectes
Qui, de la règle et du crayon,
Tracèrent des lignes correctes…
Sans aboutir à rien de bon ;

Les maçons firent leur ouvrage…
Mais ne le firent guère mieux ;
Et le curé perdait courage
En se sentant devenir vieux.


Or, voilà qu’un soir de Décembre,
Comme il se désolait ainsi,
Sans frapper, Satan dans sa chambre
Entra, prit un siège et s’assit.

Et, durant que la flamme bleue
Léchait ses mollets, le Maudit
Sur ses genoux posa sa queue,
Toussa, fit trois fois : hum ! et dit :

« Enfin, l’Abbé, sous tes paupières
« Je vois les pleurs que j’attendais !
« Tous tes maçons, piqueurs de pierres,
« Architectes, sont des niais ;