Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mais vite — Ô le cher homme ! — à peine
En a-t-il dit le dernier mot
Qu’il entonne, tout d’une haleine,
Les Saintes Vêpres aussitôt.

Les gros chantres et la maîtrise,
Muets, contemplent leur Curé ;
Puis, revenus de leur surprise,
Répondent au texte sacré.

Et la Foule exultait de joie,
Comprenant que, dès aujourd’hui,
Le Diable allait lâcher sa proie,
Ayant trouvé plus fin que lui !


Et voilà pourquoi, vite, vite,
On entonnait dans le Trécor
Vêpres sitôt Grand’Messe dite
Voilà très peu de temps encor…

… Et voilà de quelle manière,
Bretons ! fut élevé jadis
Votre Clocher, ce doigt de pierre
Qui vous montre le Paradis !








(Cette poésie est éditée séparément. — G. Ondet, éditeur.)