Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA VIPÈRE




… Ah ! vous avez grand tort de rire,
Méchantes filles, mauvais gâs !
Quand parfois vous m’entendez dire
Que je ne me marierai pas ;

Et vous aussi, les bonnes vieilles !
Vous avez grand tort, voyez-vous,
De murmurer à mes oreilles
Le nom des belles sans époux,

Car nulle ne sera ma femme !
Seul dans mon coin, je veux mourir
D’un mal qui me torture l’âme…
Et dont je ne veux pas guérir ;

Malgré ses douleurs infinies
Nous rongeant le cœur nuit et jour,
Dût-on souffrir mille agonies,
Il est doux de mourir d’amour !

Car c’est l’amour qui me tourmente
Et toujours me tourmentera…
Mon pauvre cœur qui se lamente
Sans répit se lamentera !