Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/88

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Oui, mes amis, durant ces minutes terribles
Où s’en venaient, plus près… plus près… les Voix horribles,
J’ai tremblé, sangloté, comme nul désormais,
Je crois, ne tremblera, ne pleurera jamais !

Enfin ! les Naufragés auprès de nous passèrent !
Ô ces Cris ! ces longs Cris de haine qu’ils poussèrent :
« Cochons ! Cochons !! Cochons !!! » Les pauvres Paimpolais
— Dieu soit béni ! — nous avaient pris pour des Anglais ! [1]




(Cette poésie est éditée séparément.G. Ondet, éditeur.)
  1. Historique : Voir Pâque d’Islande de A. Le Braz.