Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/95

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Mais comment fuir assez vite ?
On nous atteindra bientôt ! »

Or, une ânesse pareille
À celle de l’autre nuit,
Cligna l’œil, tendit l’oreille,
Vit Joseph et l’entendit,
Hop là ! sortit de sa crypte
Et, trottant à petits pas,
Emporta jusqu’en Égypte
La Vierge… et son petit Gâs !


III


Puis, trente ans passent dans l’ombre…
Et le divin Charpentier
Dans une boutique sombre
Exerce un humble métier ;
Et c’est en poussant la scie
Au cœur du sapin doré
Que Jésus, le doux Messie,
Rendit le Travail sacré.

Mais, enfin, quand sonna l’heure
De remplir sa mission,
Il laissa dans sa demeure
Toute humaine affection :
Il s’en fut par la campagne,
Il pria dans le désert,
Il prêcha sur la montagne,
Il marcha dessus la mer…

Puis — à l’époque où nous sommes —
L’humble Enfant de Bethléem,
Acclamé par tous les hommes,
Entra dans Jérusalem :