Page:Boussenard - La Terreur en Macédoine, Tallandier, 1912.djvu/53

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Chapitre IV


Conquête des pays slaves. — Les désastres de Kossovo. — Héros de l’Indépendance. — Jean Hunyade et Scanderberg. — Conversions. — Les beys albanais. — Deux pouvoirs. — Le bacchich. — En passant la rivière. — Le gué. — Cheval affolé. — Dans l’abîme. — Plus de prisonnier. — Feu de salve. — Le chant de Kossovo. — Folle.


Il y a près de cinq siècles que les Turcs ont conquis la Macédoine et les contrées voisines. Cinq siècles ! Et pourtant, malgré cette énorme succession d’années, malgré de constants efforts, malgré le sabre et la diplomatie, jamais l’absorption du vaincu par le vainqueur ne s’est opérée.

Doucement et patiemment irréductibles, résistant avec une passivité douloureuse et résignée, les Slaves et les Grecs ont conservé leurs coutumes et leur religion.

Du moins, ceux de la campagne, agriculteurs, petits commerçants ou primitifs industriels habitant les fermes, les hameaux et les bourgs clairsemés des plaines.

Certes, il y a parmi les paysans beaucoup de m