Page:Boussenard - La Terreur en Macédoine, Tallandier, 1912.djvu/6

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


PREMIÈRE PARTIE
Chapitre premier
En Macédoine. — Fête de famille. — Jeunes époux. — Joie et crainte. — Bonheur précaire. — Marco le Brigand. — Le tchetel. — Le léopard et les douze apôtres. — Oreille coupée. — Pillage, rapine et vol. — Bandit féroce et railleur. — Il faut payer… l’usure de la mâchoire ! — Paroles indignées, mais imprudentes. — Bagarre.


C’est là-bas, aux confins de cette Macédoine, terre d’Europe, si proche et pourtant si lointaine… terre inconnue de nous, les gens d’Occident, mystérieuse, belle et malheureuse, une victime suppliciée par deux fléaux terribles, le Turc et l’Albanais.

Macédoine !… une province ?… un royaume ?… une république ?… un État quelconque ?…