Page:Braunschvig - Poèmes pour l enfance, Privat, 1920.djvu/239

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Enfin, après un vif juron,
Elle leur distribue en rond
Quatre ou cinq gifles maternelles,
Et, le silence étant complet,
Leur tend ses flancs chargés de lait,
En refermant ses deux prunelles.

(François Fabié, La Poésie des bêtes, Lemerre.)