Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 1.djvu/139

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
117
PAR LA CRÉATION DES RACES CARNIVORES.

tions pour lesquelles elles ont été faites. La vie, pour chacun de ces êtres, n’est qu’un festin continuel au sein de l’abondance. Une mort prématurée vient-elle en arrêter le cours ; c’est un intérêt qu’il paie, intérêt bien faible pour la dette qu’il a contractée envers le fonds commun destiné à l’alimentation de l’ensemble des animaux, et auquel il a puisé tous les matériaux qui entrent dans la composition de son corps. C’est par ce moyen que le grand drame de la vie universelle se continue sans relâche ; et quoique les acteurs, si on les considère comme individus, changent à chaque instant, chaque rôle n’en demeure pas moins rempli sans interruption, les générations succédant aux générations. Ainsi la face de la terre et le sein des mers se renouvellent sans cesse, et la vie se transmet avec le bien-être par un héritage qui ne s’épuise jamais.





Chapitre XIV.


Preuves de l’existence d’un plan primitif, tirées de la structure des animaux vertébrés fossiles.


SECTION I.


MAMMIFÈRES FOSSILES — DINOTHÉRIUM.


Je crois en avoir dit assez dans les chapitres qui précèdent pour que l’on comprenne combien il est important que l’étude des restes organiques vienne éclairer cette branche de la