Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 1.djvu/402

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
380
PENTANCRINITES.

la masse de leur corps. Dans les espèces actuelles, cette charpente solide est revêtue d’une enveloppe gélatineuse accompagnée d’un système musculaire destiné à déterminer les mouvemens de chacun des osselets ; et, bien que ces parties molles aient entièrement disparu dans les espèces fossiles, leur existence nous est attestée par l’appareil qui se voit sur chacun des osselets pour l’insertion des fibres musculaires[1].

Les phalanges calcaires qui constituent les doigts dans la pentacrinite d’Europe sont, de même que les tentacules, susceptibles de se contracter et de s’étendre dans tous les sens ; parfois elles s’épanouissent comme les pétales d’une fleur ; et d’autres fois elles s’enroulent et enveloppent la bouche comme les diverses pièces d’un bourgeon non encore ouvert. Ces organes ont pour but de saisir la proie et de la conduire à la bouche. Ainsi les habitudes des animaux actuellement existans nous font connaître les mouvemens et la manière de vivre des nombreux membres fossiles de cette famille ; et nous y trouvons une preuve de plus de la validité du mode de raisonnement auquel nous sommes obligés d’avoir recours dans nos études sur les débris des espèces éteintes. Nous concluons en effet du temps présent aux temps passés et des dispositions mécaniques que nous observons dans les squelettes fossiles, nous concluons la nature et les fonctions des muscles destinés à imprimer à chaque os ses mouvemens.

Parmi les nombreuses espèces fossiles du genre pentacrinite, je vais choisir celle que le nombre extraordinaire de rayons auxiliaires ou bras latéraux que l’on voit le long de la colonne vertébrale a fait désigner sous le nom de pentacrinite briarée, et dont nos figures donneront une idée plus complète et plus

  1. Voyez les tubercules et les sillons qui existent à la surface des osselets, pl. 52, fig.7, 9, 14, 13, 14, 15, 16, 17.