Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 1.djvu/412

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
390
POLYPIERS FOSSILES.

paraît avoir été suivi sans interruption depuis que la vie a commencé dans les mers les plus anciennes, et pendant toute cette longue série d’âges dont la durée nous est attestée par les successions diverses d’animaux et de végétaux dont les dépouilles sont ensevelies dans les couches de l’écorce du globe. Dans toutes ces couches en effet les habitations calcaires des polypes, de ces créatures en apparence si petites et de si peu d’importance, se sont accumulées en de vastes et puissantes masses qui ont grossi l’ensemble des matériaux solides du globe ; et elles nous offrent un exemple frappant de l’influence qu’ont eue les animaux sur la condition minérale de notre planète[1].

Si, dans l’investigation des phénomènes naturels, il pouvait se rencontrer un fait qui fût plus digne d’admiration qu’un autre fait, ce serait peut-être cette étendue infinie, cette importance immense de choses en apparence si petites et si dépourvues de toute valeur. Si j’entreprends de décrire l’insecte plus petit qu’une mite que je vois courir à la surface de cette

  1. Plusieurs des genres actuels de polypiers se rencontrent dans la série de transition, et M. de La Bêche a remarqué avec justesse (Manuel de Géologie, p. 458 de la traduction française) que partout où se trouve un amas de polypiers assez considérable pour justifier le nom de banc ou de récif de corail, les deux genres astrée et caryophyllie en font partie, et que ces genres sont encore au nombre des architectes les plus actifs des bancs de corail dans les mers actuelles.

    Une grande partie du calcaire que l’on désigne sous le nom de calcaire à polypiers (coral rag), et qui forme les plaines élevées de Bullington et de Cunmer, ainsi que les collines de Wytham, sur trois des côtés de la vallée d’Oxford, est rempli par des lits continus, et des amas de polypiers pétrifiés de diverses espèces, conservant encore la position dans laquelle leur accroissement a eu lieu au fond de quelque mer ancienne, de la même manière que se forment maintenant les bancs de coraux dans les régions intertropicales des océans modernes.

    Les mêmes couches de polypiers fossiles remplissent les montagnes calcaires du nord-ouest de Berkshire, et du nord de Wilts, et on les voit encore autant ou plus puissantes dans le Yorkshire, et sur les sommets élevés de l’ouest ou du sud.ouest de Scarborough.